Rencontre Femmes Russes
Inter-Mariage
Inter-Mariage - rencontre femmes russes Inter-Marriage, meet russian women Inter-Matrimonios, mujeres rusas Russische Frauen, Inter-Marriage Donne Russe, Inter-Matrimoni   
 Profils 
Profils femmes russes
Nouveaux profils
Recherche détaillée de profils

Femmes russes en vidéo

 Recherche 
Age:
Entre et ans
Taille (cm):
Entre et cm
Poids (kg):
Entre et kg

Recherche détaillée

 Agence 
Qui sommes-nous?
Avantages Inter-Mariage
TARIFS de l'agence
TEST (évaluation) GRATUIT
Fonctionnement
Témoignages d’adhérents
Garanties de l'agence
Séminaire à Amsterdam
Anti-harcèlement
Revue de presse
 Services 
Service E-Mail
Audioconference
Recherche personnalisée
Rencontres à Dnepropetrovsk
Rencontres à Nikolaev
Rencontres à Saint-Pétersbourg
Rencontres à Kiev
Voyage romantique en Russie/Ukraine
Vidéoconférence
Vidéos de femmes
Options
 Guide 
Les clés de la réussite
Etes vous prêts?
Femmes russes
Séduire une femme russe
Cliché ou réalité?
Secrets de femmes russes
Tabous
Mes 99 conseils
Lettre de présentation
Première rencontre
Questions-Réponses
 Antiarnaque 
Guide anti-arnaque
Liste noire femmes slaves
Témoignages d'arnaques
 Informations 
Billets d`humeur
Astuces
Liens
 Club franco-russe 
En français
En russe
Associations franco-russes
 E-Mail 
Entrez votre e-mail pour recevoir les dernieres nouvelles Inter-Mariage!
Suivez-nous:
Inter-Mariage - rencontres femmes russes

Twitter

Google+

LinkedIn Pinterest

YouTubeDailymotion Vimeo

Partagez:
Les Femmes Russes  
Femmes russes et occidentales, mariage femme russe

Testez notre agence matrimoniale internationale gratuitement et sans engagement, période d’évaluation gratuit

Les femmes russes (par Marina Fedorova)

Du temps de la guerre froide, jusque dans les années 70, l'image de la femme russe dans les médias était peu flatteur: pas assez féminine, pas très belle et souffrant d'embonpoint, avec un caractère assez difficile, triste etc... à l'inverse de l'image de la femme américaine sexy, mince, très belle, avec un caractère sympathique et excellente mère de famille. Tout cela était avant tout une affaire de propagande politique et ne reflétait absolument pas une quelconque réalité.
Puis la Russie s'est ouverte au monde, et soudain, par la magie d'Internet, le miracle eut lieu: l'image de la femme russe dans le monde est passé de celui d'une rondouillette mémére aigri à celui d'un top model avenant ayant toutes les qualités du monde. Toujours une histoire de propagande, mais d'un autre type celle là: il s'agit désormais d'une propagande économique.

Les rencontres internationales sont devenues une véritable industrie générant des centaines de millions d'euros de bénéfices chaque année dans le monde. Plus soucieux de dresser un tableau idéal que de révéler la véritable personnalité des femmes russes, les agences et clubs de rencontres cherchent avant tout à "rassurer" leur clientèle masculine et à leur dire ce qu'ils veulent s'entendre dire: on vous affirmera ainsi que les femmes russes sont merveilleusement "gentilles" voir soumises, intelligentes et sociables mais ne cherchant pas à faire carrière, sans ambitions, leur rêve le plus cher étant de faire le ménage toute la journée et de s'occuper des enfants... bref encore une image aux antipodes de la réalité. Et ça marche ! Les femmes russes attirent désormais tels des "magnets" les hommes du monde entier, les clubs de rencontres internationales poussent comme des champignons, profitant d'une absence totale de réglementation en ce domaine.
Le revers de la médaille concernant cet intense "marketing" (car forcément toute campagne de promotion intense finit par "agacer") est l'autre image que les médias donnent de la femme russe: des femmes cherchant avant tout à fuir la misère de leurs pays et qui finissent soient prostituées soit "croqueuse de diamants" à la recherche d'hommes millionnaires (avec un divorce rapide comme principal objectif afin d'encaisser le "pactole").

Bombardés de clichés et d'informations contradictoires, vous ne savez plus vraiment à quoi vous en tenir en ce qui concerne les femmes russes: femme romantique à la recherche du grand amour ou froide calculatrice souhaitant "mettre la main" sur un millionnaire ? Femme honnête et sincère ou arnaqueuse ? Femme désespérée souhaitant fuir la misère de son pays ou femme fière cherchant plus un bon mari qu'un nouveau pays ?

Au-delà des clichés quelles différences existent-ils réellement entre femmes russes de 20, 30 ou 40 ans ?

Je vous propose une petite leçon d'histoire et de psychologie afin de savoir ce qui se cache derrière les mythes et les mensonges. Faisons ensemble un voyage dans le temps afin de découvrir le vrai visage de la femme russe, ou plutôt des femmes russes, en fonction de leur âge et de leur vécu.

Car peu de pays dans le monde ont subi en l'espace de seulement quelques années autant de bouleversements politiques et sociaux que la Russie: les utopies politiques ont été balayées, la Russie s'est ouverte au monde, les conditions de vie ont changé, pour le meilleur et pour le pire. Tout cela a profondément influencé le caractère et la personnalité des citoyens russes. En l'espace de 15 à 20 ans les russes ont vécus plus ou moins bien ces changements drastiques; certains ont été broyés, d'autres en sont sortis encore plus fort. La population russe a été scindée en deux: d'un côté ceux qui avaient vécu du temps du communisme et qui étaient "habitués" à ce système, et de l'autre ceux qui, plus jeunes, n'ont quasiment pas vécu sous ce régime et sont en quelque sorte les "enfants de la perestroïka"
Gardez à l'esprit que chaque personne est unique. Je vais différencier 4 catégories de femmes, en fonction de leur âge, et donc de la période de l'histoire au cours de laquelle elles ont vécues.

1) Les femmes russes de plus de 45 ans

Les grands-parents de ces femmes ont vécus la deuxième guerre mondiale et son lot d'atrocités. Cette guerre est encore dans les mémoires de nombreux russes. Je me rappelle mon grand-père, Nikolaï, me racontant ses terribles faits d'armes, notamment lors des deux années qu'a duré le blocus de Leningrad par les Allemands. 20 millions de russes ont été tués au cours de cette guerre. De très nombreuses femmes ayant perdu leur mari au cours de cette guerre ont du élever seules leurs enfants, qui n'ont donc quasiment pas connu leur père. L'âge moyen pour avoir le premier enfant était en Russie, à cette époque, de 20 à 24 ans; les parents n'avaient que très rarement un deuxième enfant.
Ces "enfants de la guerre" sont donc les parents des femmes russes nées entre 1960 et 1970. La vie à cette époque était très dure et ces jeunes parents devaient énormément travailler pour gagner un maigre salaire. Les mères de famille ne pouvaient pas rester à la maison pour s'occuper des enfants et devaient absolument travailler pour gagner de quoi survivre. Comme tout le monde travaillait il était très difficile de trouver quelqu'un pour les garder. De toute façon même s'ils trouvaient une baby-sitter les parents n'avaient pas les moyens de la payer. Heureusement il y avait de nombreuses crèches presque gratuites. De l'âge de 2 à 4 ans la majorité des enfants étaient à la crèche.
Dès l'âge de 6 ans les parents laissaient en général leurs enfants sortir pendant qu'ils étaient au travail: ils leur laissaient les clés de l'appartement afin qu'ils rentrent et sortent comme ils le voulaient. Les parents prenaient soin d'attacher la clé à une ficelle que l'enfant portait autour du cou afin de ne pas la perdre quand il jouait. Dès l'âge de 6 ans la petite fille allait acheter seule le pain ou le lait et participait même parfois aux tâches ménagères pendant l'absence de ses parents.
A l'âge de 7 ans, c'était le début de la scolarité: c'était l'époque du communisme et de l'union soviétique. Chaque enfant faisait parti d'une organisation politique pour jeunes enfants appelée Octyarbryenok (en français les enfants de la révolution d'octobre). C'était une organisation particulière à l'intérieur même du système scolaire. La religion était bien sûr interdite. Chaque enfant devait porter sur son habit, du côté gauche près du coeur, une petite étoile rouge avec à l'intérieur le visage de Lénine lorsqu'il avait 7 ans. Les enfants devaient porter cette étoile en permanence et celui qui dérogeait à cette règle était sévèrement puni par le "comité politique de l'école", formé de jeunes écoliers élus par leurs camarades et dont le rôle était de veiller à l'application du règlement politique de chaque école. L'endoctrinement était total.
A l'âge de 10 ans les enfants ayant des bons résultats scolaires et un "comportement" irréprochable devenaient des "pionniers" (un concept s'approchant de celui des scouts, version communiste). C'est avec une certaine émotion que je me remémore le jour où je fus élue première pionnière de ma classe, au cours d'une cérémonie officielle: j'étais très fière. Une véritable organisation militaire, j'étais à fond dans le "système", même si comme tout enfant de 10 ans je ne savais pas vraiment ce qu'était le communisme. Les pionniers devaient porter un petit foulard rouge autour du cou quand ils allaient à l'école: il fallait nouer ce foulard d'une certaine façon, sinon gare à la punition. Je me rappelle qu'il fallait attendre d'être chez soi avant d'enlever ce foulard, et ceux qui s'empressaient de l'enlever dès la sortie de l'école étaient menacés d'expulsion !! Les enfants étaient en général très fiers d'être devenus des "pionniers". Ils grandissaient en apprenant à vénérer Lénine et l'idéologie communiste.
A 14 ans, nouvelle étape de l'endoctrinement idéologique appelé Comsomolets. Tout le monde devait être athée et devait adhérer totalement au système communiste pour devenir Comsomolets (on avait droit à une sorte de "carte d'identité" en tant que comsomolets). Les enfants de 14 ans ou plus qui étaient contre l'idéologie communiste et/ou croyants étaient rejetés par le comité politique de l'école et ne pouvaient pas être comsomolets, ce qui signifiait pour eux l'impossibilité d'accéder aux études supérieures et de grandes difficultés pour avoir un travail plus tard. Les enfants n'étaient pas catholiques, juifs ou musulmans, ils devaient être "pionnier" à 10 ans et "comsomolets" à 14 ans. Les enfants ne savaient pas trop ce que pouvait être la religion, et ce d'autant plus que leurs parents étaient souvent eux-mêmes athées (ou du moins cachaient leurs croyances religieuses), le parti communiste prenant soin de détruire les lieux de cultes et de "faire la chasse" aux croyants.
A partir de 18 ans dernière étape: devenir membre du parti communiste et recevoir son "billet du parti communiste", véritable attestation donnant droit à de nombreux avantages. Adhérer au parti communiste n'était pas obligatoire mais "conseillé". De nombreuses personnes qui adhéraient au parti ne croyaient pas du tout au communisme.

Si vous êtes très croyant et très pratiquant n'espérez pas partager votre ferveur pour la religion avec une femme russe née à cette époque. Elle risque d'avoir du mal à vous comprendre. Les femmes russes préfèrent en général les hommes croyants mais "pas trop" pratiquants.
A l'âge de 18 ans les jeunes femmes russes intégraient l'université, qui était gratuite à l'époque. Les parents souhaitaient que leur enfant ait la meilleure éducation possible. A cette époque il était courant que les jeunes femmes fassent de longues études et obtiennent des diplômes de docteur ou de professeur. Les Russes lisent beaucoup, apprécient le théâtre (ils y vont en moyenne une fois par mois). Si vous détestez le théâtre il est probable que votre future femme se sente un peu frustrée à ce niveau.
Les femmes se mariaient en général avant la fin de leurs études universitaires, ou du moins très peu de temps avant. Et elles avaient leur premier enfant peu de temps après le mariage.
A la fin des études universitaires, à l'âge de 23 ou 24 ans les femmes commençaient leur carrière professionnelle. Jusqu'en 1985 le parti communiste était encore tout puissant et pour avoir un travail il fallait être adhérent du parti communiste.
En 1985 l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir et le début de la Perestroïka marqua la fin de l'endoctrinement idéologique. Tout ce qui avait de la valeur pour les gens s'écroula en quelques mois. Beaucoup d'entreprises non rentables mirent la clé sous la porte et des millions de gens perdirent leur emploi du fait de ces restructurations économiques. La situation économique était désastreuse, et de 1987 à 1992 les gens recevaient chaque mois des tickets de rationnement qui leur permettaient d'acheter un peu de beurre, de sucre, de farine, bref le minimum vital. Les gens faisaient la queue pendant des heures devant les magasins pour obtenir ces aliments de base.
C'était donc l'époque où votre dulcinée, qui venait d'avoir son premier (et certainement unique) enfant ne pouvait même pas lui acheter de vêtements, de nourriture pour enfants, de jouets. C'était une époque très très difficile. Ses parents, les enfants de la deuxième guerre mondiale, qui avaient travaillé dur toute leur vie et qui rêvait d'une meilleure vie que le leur pour leur fille voyait leurs rêves s'écrouler. Dans le même temps l'inflation atteignait des niveaux records, les banques faisaient faillite à tour de rôle: les gens qui avaient économisé toute leur vie ont vu disparaître toutes leurs économies en quelques semaines. Il n'était à cette époque question que de "survie", et de nombreuses personnes qui avaient réussi de longues et brillantes études se retrouvaient à vendre des cigarettes ou des tubes de dentifrice sur le trottoir.
Dans cette période noire les femmes russes ont souvent été plus vaillantes et courageuses que leurs maris et il était fréquent que seule la femme ramène un salaire à la maison alors que le mari était sans emploi. Cette situation financière désastreuse détruisit de nombreux couples. Votre fiancée devait être très solide psychologiquement pour survivre et ne pas perdre espoir. A partir de 1992 de nombreuses femmes russes de son âge ont même créé leur propre entreprise.
Une femme russe de plus de 45 ans a en général une bonne éducation, une bonne situation professionnelle et son propre appartement. Il est possible que dans son annonce elle précise qu'elle aime conduire: ne riez pas en pensant que son annonce est assez naïve, et faites attention aux mots employés: vous pourriez en apprendre beaucoup sur cette femme. En réalité elle ne veut pas dire qu'elle aime vraiment conduire une voiture, elle essaye plutôt de vous faire comprendre qu'elle a un statut social ou professionnel assez important au sein de la société russe, elle a même peut-être sa propre voiture (ce qui est quand même assez rare en Russie pour une femme divorcée). Ce serait en fait la même chose si une française vous disait qu'elle aime piloter un jet privé ou un hélicoptère !!
Vous venez donc de faire connaissance avec une femme très indépendante, qui est mentalement très forte et peut survivre seule, même en pleine jungle !! Elle a eut une vie difficile, elle n'a pas eu beaucoup de temps à consacrer à ses loisirs et à elle-même, mais elle a la quarantaine, son enfant est adulte ou va bientôt l'être, et elle commence à penser à son avenir. Elle veut fonder à nouveau une famille solide et heureuse au sein de laquelle elle pourra vivre jusqu'à la fin de ses jours, elle souhaite rencontrer un homme qu'elle aimera et qui la comprendra. Elle a eut une mauvaise expérience avec son ancien mari et veut se marier avec un homme qui l'aimera à la fois comme une femme, une amie, une confidente, et pas un simple partenaire pour survivre. Les dix dernières années, très difficiles, l'on épuisé, et elle souhaite "faire un break".
Elle souhaite épouser un étranger, et alors ? Personne ne prête attention à une française qui épouse un américain ou un brésilien qui se marrie avec une anglaise. Qui a t-il d'étrange à cela ?
Cette femme a vécu le majeur parti de sa vie dans un pays fermé, sans aucune possibilité de s'évader. Maintenant que la possibilité lui est offerte de commencer une nouvelle vie, à l'approche de la quarantaine, elle va sans doute tenter sa chance. En regardant son passé cette femme va se rendre compte qu'elle a eut une vie déjà bien remplie mais pas exactement comme elle l'aurait souhaité: elle souhaite du changement, un grand changement. Elle veut une vrai "nouvelle vie", et le fait de fonder une famille avec un étranger et de découvrir un nouveau pays constitue pour elle un challenge excitant.
Si ces femmes acceptent d'épouser des hommes ayant 15 ans de plus qu'elles c'est en premier lieu que les hommes occidentaux de 60 ans ou plus sont en bien meilleur forme physique que leurs homologues russes du même âge (l'espérance de vie pour un homme en Russie est de 56 ans contre 78 ans en France). Elles ont de plus une certaine maturité et ne considèrent pas cela comme un problème à partir du moment où elles sont amoureuses du monsieur.

Que penser alors de l'image que les agences donnent des femmes russes de cet âge ?
S'il est vrai que ces femmes sont féminines et qu'elles souhaitent réellement rencontrer l'homme de leur vie pour fonder un foyer stable, il est totalement faux de dire qu'elles rêvent de ne vivre que pour s'occuper de leur mari et de ses enfants, et de sortir uniquement pour se balader à deux main dans la main le long d'une plage...
Réfléchissez: elle a une bonne éducation, un travail intéressant, elle a beaucoup d'amis et elle se sent respectée de tous. Elle prend soin d'elle, elle va régulièrement à la manucure ou dans un salon de beauté car en Russie cela coûte beaucoup moins cher qu'en France, elle est très indépendante et a l'habitude de prendre ses décisions toute seule. Elle gagne son argent grâce à un travail stable et dépense sans demander de compte à personne. Pensez-vous que cette femme sera heureuse de rester toute la journée à la maison ?
Quand vous l'aurez épousé, vous ne changerez quasiment rien dans votre vie, vous resterez dans la même maison ou appartement, au sein du même pays et vous garderez vos petites habitudes. Rien n'aura changé excepté le fait que vous êtes désormais marié avec une charmante femme russe !! En ce qui la concerne elle se remet à croire au prince charmant, comme au temps de ses 20 ans; elle est prête à vous donner tout son amour même si elle ne sait pas trop ce qui l'attend dans son nouveau pays. Mais après tout elle fait le sacrifice de quitter son pays par amour pour vous, pas pour fuir la Russie.
Le plus grand risque de désillusions pour ces femmes vient de la perte de leur statut social. Je m'explique:
Vous remarquerez que les femmes russes de plus de 45 ans présentées sur les sites Internet de rencontres ont souvent un haut niveau d'éducation scolaire et des professions très qualifiées, telles que médecin, manager, avocat, ingénieur, professeur, scientifique etc...
Il n'y a pas en Russie de grande différences de salaires entre personnes diplômées et non diplômées. La seule différence est le statut social. Et un bon statut social constitue la source de motivation la plus importante pour réussir ses études en Russie, contrairement à l'Occident où la réussite des études est avant tout lié à l'appât du gain.
N'oubliez pas ceci: en Russie l'argent n'occupe pas autant le "devant de la scène" qu'en Occident. Le statut social peut apporter aux russes plus de satisfactions qu'un bon salaire.
Votre future femme perdra son statut social lorsqu'elle arrivera en France; tout ses efforts, durant 10 à 15 ans pour gravir les marches de l'échelle sociale, seront réduits à néant. Je me rappelle avoir été extrêmement déçue lorsque j'ai appris quand je suis arrivée en France que ma maîtrise d'économie obtenue en Ukraine n'avait aucune équivalence en France. Je suis considérée en France comme non diplômée. J'ai travaillé dur à l'école puis à l'université, pendant 14 ans, pour rien... le choc fut rude.
Une fois sur place elle se rend compte des problèmes de communications (elle ne parle pas la langue de son nouveau pays); et il est plus difficile d'apprendre une nouvelle langue après 35 ans qu'avant. Elle se rend compte également que ses diplômes ne sont pas reconnus par les autorités de son nouveau pays. Il est toujours possible d'obtenir des équivalences, mais il faut passer des examens nécessitant la maîtrise du français, donc ce n'est pas demain la veille qu'elle pourra réussir ces examens, si elle les réussit un jour.
Elle découvre qu'elle doit demander votre autorisation avant de pouvoir acheter quoi que ce soit pour elle et qu'elle ne peut plus aller au salon de coiffure ou de beauté aussi souvent qu'en Russie car vous avez des crédits et des impôts à payer: elle se rend compte avec effarement que les deux tiers du budget familial servent à payer les crédits pour la voiture ou la maison, et qu'elle n'a pas la possibilité de conduire la voiture pour des raisons de coûts d'assurance et de permis à repasser...
Cette femme totalement indépendante, ayant eut un travail stable et de nombreux amis, respectée car ayant une bonne place sur l'échelle sociale russe, découvre qu'elle est dépendante de vous pour les moindres aspects de sa nouvelle vie, tel un bébé.
Elle n'a pas d'amis et de famille dans son nouveau pays, les premiers mois d'intégration seront difficiles pour elle d'un point de vue psychologique. Et vous devez vous y être préparé !! Etes vous prêt à l'aider dans son intégration ou allez vous envoyer votre femme docteur ou avocate travailler comme serveuse dans un restaurant et penser qu'elle va être heureuse ainsi ?
A moins que vous ne suiviez les conseils de certaines agences de rencontres et que vous lui demandiez d'être votre nouvelle "femme de ménage" ? Et lui faire quitter une vie professionnelle active et intéressante pour la mettre dans une cuisine pour le restant de ses jours ? Même s'il est probable qu'elle ait signalé dans sa fiche qu'elle aime faire la cuisine cela ne signifie pas qu'elle souhaite y passer tout son temps une fois en France.
Son ancien style de vie va lui manquer lors de ses premiers mois en France, elle aura soif de reconnaissance sociale et professionnelle. Vous devez vous renseigner, avant qu'elle vienne en France, quant aux possibilités qui lui sont offertes en terme de formations: a t-elle une chance de pouvoir trouver un travail en rapport avec ses capacités et son expérience ? Quelle université ou école de formation peut-elle intégrer et combien de temps lui faudra t-il pour obtenir un diplôme ?
Si son enfant est mineur elle voudra certainement qu'il vienne la rejoindre et elle sera certainement très malheureuse si pour une raison ou pour une autre cela est impossible. Vous ne pourrez jamais rendre votre femme heureuse si elle s'inquiète pour son enfant resté en Russie.
Pensez à tout cela avant de vous marier avec une femme russe de plus de 45 ans, ou bien vous risquez de voir s'évanouir vos rêves d'une famille heureuse et stable.

2) Les femmes de 35-45 ans

Ces femmes sont nées en pleine "guerre froide", à une époque où la propagande communiste battait son plein. Après avoir eut une éducation très "politisée" telle que celle décrite ci-dessus elles ont vécues la perestroïka lors de leur passage dans l'âge adulte, et découvert avec fascination l'ouverture progressive des frontières de l'ex-URSS.
Les Russes se mariaient assez jeunes à l’époque, entre 18 et 22 ans. Ces femmes étaient donc en âge de se marier au moment même où la Russie connaissait un profond marasme économique et social; durant cette période noire de nombreux russes perdirent leur emploi et toutes leurs économies. Les femmes furent plus fortes que les hommes (ceux-ci sombrant parfois dans la dépression ou l'alcool) et continuèrent à se battre avec courage pour obtenir un travail et ne pas se décourager, dans une Russie perdant tout ses repères. Les hommes ayant une situation financière stable, psychologiquement fort et susceptibles de fonder un foyer se firent plus rares. C'est alors qu'en 1993, par le biais d'Internet, plusieurs clubs de rencontres internationales se créèrent. L'explosion d'Internet et des agences de rencontres a fait prendre conscience à ces femmes qu'elles étaient très appréciées des messieurs étrangers, car les femmes russes de 35 à 45 ans font très attention à leur apparence et paraissent souvent plus jeunes que leur âge. Ce succès auprès des étrangers a littéralement enchanté les filles russes célibataires de 35 à 45 ans.
La majorité des femmes de cet âge ont un enfant et ont divorcé depuis quelques années. Les Russes ne souhaitent en général pas avoir plus de deux enfants, les familles nombreuses sont très rares. Le cas le plus fréquent est celui d'une femme n'ayant qu'un seul enfant. Et l'enfant de ces femmes de 25/35 ans n'est pas majeur, ce qui est un paramètre très important concernant votre future relation. Ces femmes vont choisir leur futur mari en fonction de sa capacité à traiter cet enfant comme si c'était le sien. Pour conquérir le coeur de ces femmes vous devrez d'abord gagner le coeur de son enfant. Communiquez le plus possible avec son enfant et offrez-lui quelques petits cadeaux si vous allez rendre visite à votre bien aimée en Europe de l'Est. Cet enfant unique représente un trésor inestimable pour toute femme russe qui se respecte et elle le défendra telle une lionne défend ses petits.
Si elle a un choix à faire entre vous et son enfant une femme russe n'aura aucune hésitation et préférera rester avec son enfant en Russie plutôt que de quitter son pays et de le laisser au père ou aux grands-parents.

3) Les femmes de 25-35 ans
En Russie les filles de plus de 25 ans qui ne sont pas mariées ont une réputation de "vieilles filles" et sont très souvent victimes de moqueries en tout genre. Etre une fille célibataire de plus de 25 ans est assez difficile à vivre en Russie. Malgré les profonds changements de mentalité qui ont eut lieu en Russie ces dernières années ce type de jugement envers les filles célibataires reste très courant, même s'il est moins marqué que par le passé.
Elles savent parfaitement qu'aux yeux des étrangers elles ne sont pas des "vieilles filles", au contraire !! Elles se sentent très désirables et comprennent parfaitement que leur jeunesse est un atout de taille vis à vis des messieurs occidentaux plus âgés qu'elles. Elles ne vont pas se jeter sur le premier homme qui va leur écrire car elles sont sélectives et vont accorder leurs préférences aux messieurs ayant une situation financière stable.
Ces femmes russes célibataires de 25 à 35 ans sont les plus motivées pour épouser un étranger. Elles ont une certaine maturité et une bonne expérience de la vie. Elles sont assez pragmatiques et savent bien gérer leur relation avec un homme étranger, au sein d'un pays qui leur est inconnu. Elles sont moins attachées à leur statut social que les femmes de 35 à 45 ans et sont moins matérialistes que les filles russes de 18 à 25 ans. Elles sont par contre beaucoup plus sélectives et elles savent exactement ce qu'elles veulent.
Ces filles sont nées un peu avant la Perestroïka et étaient donc de petits enfants lorsque les grands changements politiques et sociaux ont commencé à bouleverser la Russie: on les appelle les enfants de la Perestroïka. Et ce sont les enfants des femmes étant nées entre 1960 et 1970: vous rappelez-vous de ce que je vous ai dit concernant ces années noires de la Russie, de 1985 à 1992 ? Les gens luttaient chaque jour pour survivre et les mères n'avaient pas les moyens d'acheter des jouets ou des vêtements à leurs enfants, la nourriture pour bébé était très rare; cette situation économique très difficile a brisé de nombreux couples; donc ces filles nées entre 1978 et 1985 ont eut une enfance assez difficile et ont été privées de quasiment tout ce qui fait le quotidien d'un enfant occidental. Ces petites filles russes, âgées de 7 à 10 ans, faisaient la queue devant les magasins avec leur mère pour échanger leurs tickets de rationnement contre une petite tablette de beurre et un petit sac de farine... j'étais l'une de ces petites filles, je m'en rappelle avec émotion: je me réveillais avec ma mère à 3 ou 4 heures du matin pour aller au magasin s'inscrire sur la liste d'attente. Toutes les deux heures un responsable faisait l'appel devant le magasin, et il fallait absolument répondre présents sous peine d'être rayés de cette liste. L'attente durait une demi-journée, devant ces magasins presque vides. Lorsqu'il fallait acheter d'importante quantité de nourriture pour les fêtes, chaque membre de la famille faisait la queue devant différents magasins afin d'obtenir quelques cuisses de poulets de surgelés...
Comme leurs parents avaient grandi sous la propagande communiste, elles ne connaissaient rien de la religion et n'avaient aucune idée de ce que pouvait être la vie dans un pays occidental tel que la France. Elles voyaient chaque jour leurs parents de plus en plus fatigués de vivre dans ces conditions très difficiles, ces derniers étant en général incapables de leur expliquer la raison de tout ces changements dans leur vie de tout les jours. Les idéaux et les modèles s'écroulaient autour d'eux, il n'y avait plus d'exemples de gens ayant réussi leurs études et qui pouvaient en tirer bénéfice: de nombreux ingénieurs, docteurs et autres professionnels de grand talent n'étaient plus payés par l'état depuis des mois ou perdaient leur travail.
Dans le même temps une nouvelle catégorie sociale apparut; des gens influents issus du parti communiste firent fortune très vite sur le "dos de la bête", en pillant les ressources énergétiques et les richesses de l'ex. URSS: on les appela "les nouveaux riches". Excepté cette poignée de russe la majorité de la population sombra dans une extrême pauvreté, sans nourriture, sans travail, sans vêtements...
De cette période noire ces jeunes filles de 25-35 ans ont tiré une extraordinaire soif de revanche: elles ne veulent pas revivre ce qu'ont vécus leurs parents, elles ont de grandes attentes en ce qui concerne leur futur.
Si vous êtes attirés par les filles russes de 25 à 35 ans vous devez savoir qu'elles sont plus matérialistes que leurs aînées. Elles rêvent du grand amour, certes, mais elles rêvent également d'avoir une voiture, de voyager etc...
Si le plus grand risque de désillusion pour une femme russe de 35 à 45 ans épousant un étranger vient de la perte du statut social, la "grande désillusion" des jeunes filles russes de 25 à 35 ans arrivant en Occident est sans aucun doute la découverte des contraintes économiques et l'effondrement de leurs rêves matérialistes, car elle pense souvent qu'en Occident "l'argent tombe du ciel".
Allez vous croire ces agences de rencontres qui vous affirment qu'une simple ballade (sans rien acheter !!) dans un hypermarché comblera votre jeune épouse de bonheur ?
Avant d'envisager sérieusement un mariage avec une jeune fille russe vous devez lui expliquer certains principes "économiques" qui vous semblent évidents mais qui lui sont totalement étranger.
En Russie les crédits à la consommation sont rares, les achats se font quasiment tous en cash, y compris les achats de voitures ou de maisons !! N'oubliez pas que jusqu'en 1985 la propriété privée n'existait pas en Russie, les maisons et appartements appartenaient à l'état.
Votre future jeune femme n'a aucune idée de ce que peuvent représenter les crédits et les prêts en Occident; elle sait que vous avez une maison, une voiture mais en aucun cas elle ne s'imagine que vous versez chaque mois d'importantes sommes d'argent pour financer ces achats, et ce depuis des années. Expliquez-lui clairement que si vous gagnez 3000 euros par mois, plus des trois quart de cette somme servent à payer des crédits, les impôts etc... votre future épouse ne sait pas non plus ce qu'est un surendettement, ni à quel point il peut influencer par la suite votre vie au quotidien. Elle ne sait pas qu'en cas de problème financier vos créanciers pourront saisir tout vos biens, sans aucune pitié. Expliquez-lui à quel point il est important en Occident de payer régulièrement chaque traite.
90% des russes n'ont pas d'assurances du tout, votre future femme ne sait donc absolument pas à quel point il est important d'être assuré en Occident, ni combien cela coûte d'être correctement couvert par diverses assurances. Les soins étant gratuits en Russie elle ne s'imagine pas combien coûte les frais d'hospitalisation ou les divers médicaments nécessaires en cas de problème de santé, une fois en France. Même si les médecins et les hôpitaux russes ont commencé à facturer certains traitements il y a quelques années, le coût des soins est bien inférieur en Russie par rapport à ce qu'il est en France.
En étant sincère et en lui expliquant ces principes de base vous lui éviterez de grandes désillusions. Elle comprendra qu'il lui faudra attendre d'avoir un travail stable en France (et cela prendra un peu de temps) avant que les ressources du couple ne soient suffisantes pour financer l'achat de "sa" voiture ou le voyage à Bora Bora pour les fêtes de Noël...

4) Les femmes de 18-25 ans
Ces jeunes femmes ayant entre 18 et 25 ans sont présentés au sein des clubs de rencontres comme de superbes filles à la recherche du grand amour et qui ne se soucient pas de la différence d'âge pouvant exister entre elles et l'homme de leur vie. Est ce vrai ?
Les filles russes de 18-25 ans ont vécu avec leurs parents l’effondrement du système financier russe en 1998 : entre 1990 et 1998 le pib aura chuté de 45% ; durant cette période de transitions des années 90 l'espérance de vie a connu une chute dramatique qui s’explique par divers facteurs : l’alcoolisme de masse, le suicide, un système de santé déficient qui ne réussit pas à stopper le développement rapide du SIDA et de la tuberculose. Ainsi, la Russie a connu pendant la crise de la période de transition quatre fois plus de morts violentes que les États-Unis : en effet, elle se classait à l’époque au deuxième rang mondial pour les homicides et troisième pour les suicides.
Cette période très difficile a « forgé » le caractère de ces filles qui sont en général plus mature que les filles occidentales du même âge.
Ces jeunes filles ont néanmoins la chance d’avoir vécu depuis 2000 et l’arrivée au pouvoir de Poutine une période de forte croissance de la Russie (augmentation du pib de 7% en moyenne) notamment grâce à la montée des prix des matières premières dont la Russie est le plus grand producteur : l’afflux de revenus qui en a découlé a permis le développement du secteur tertiaire (banque, assurance, distribution), secteur gros pourvoyeur d’emplois pour ces jeunes filles.
L’espérance de vie a sensiblement augmenté ces dernières années en Russie : entre 2005 et 2009 l’espérance de vie a ainsi augmenté de 5 ans ce qui est énorme. Cela est en parti dû au fait que le gouvernement russe a inscrit dans son programme la mise en place d’une politique nataliste reposant sur des incitations financières pour la naissance des 2e et 3e enfants. Ces jeunes filles russes de 18-25 ans souhaitent avoir des enfants plus tardivement que leurs aînées, c’est à dire vers 25-30 ans ; elles vont également vouloir profiter de leur nouvelle vie avec leur mari occidental (voyages, sorties etc.) et réussir leur vie professionnelle à l’ouest avant de faire des enfants.
Avec la forte augmentation du pouvoir d’achat et de bonnes perspectives d’avenir le nombre de jeunes filles russes de 18-25 ans souhaitant émigrer à l’ouest a considérablement baissé ces dernières années :  ce courant d’émigration en direction des pays occidentaux, très important durant les années 1990, s’est aujourd’hui pratiquement tari.
Ces jeunes filles russes, qui font parti de la « génération Poutine » sont souvent très patriotes et ont des opinions négatives sur les USA ou les pays d’Europe de l’Ouest ; vis-à-vis de leurs aînées elles sont moins nombreuses à être attiré par les pays occidentaux.
Elles sont plus exigeantes que leurs aînées en ce qui concerne les qualités qu’elles recherchent chez un homme, leurs attentes sont plus grandes.
Comme toutes les jeunes filles de leur âge elles rêvent du prince charmant, un beau jeune homme qui saura les aimer et les faire rêver. Et elles ne réalisent pas ce que cela peut être de vivre avec un homme ayant 15 ou 20 ans de plus qu'elles. Elles ressentiront avant tout une grande excitation à venir habiter dans un pays riche et à profiter de tout ce dont elles ont été privées lorsqu'elles étaient jeunes; l'amour ne viendra qu'en second.
Elle ne vous a pas encore rencontré en personne et n'a que quelques photos de vous: elle vous idéalise.
Et lorsque cette jeune fille sans expérience de la vie, ayant été privée de tout dans sa jeunesse vous écrit qu'elle est follement amoureuse de vous, elle est sincère. Elle est réellement amoureuse de ce mystérieux étranger, mature mais plus âgé qu'elle. Et vous, que pensez-vous ? Croyez-vous réellement ce que racontent les publicités des clubs de rencontres, à savoir que ces jeunes filles rêvent d'épouser des hommes beaucoup plus âgés qu'elles ? En réalité ces jeunes filles russes ont les mêmes rêves que les jeunes filles françaises. Pensez-vous que les jeunes françaises de 20 ans préfèrent les hommes ayant la quarantaine plutôt que ceux ayant le même âge qu'elles ?
Si vous ne souhaitez pas divorcer dans les 5 ans qui viennent la différence d'âge maximum entre vous et elle ne doit pas excéder 10 à 15 ans. Il existe des cas de mariage heureux entre une jeune fille russe de 20 ans et un monsieur de 40 ans mais c'est une exception, pas une règle.


Conclusion

Vous venez d'avoir un petit aperçu de la mentalité des femmes russes et de leur véritable caractère. Oubliez les clichés véhiculés par les pseudo "marchands de bonheur", ces clubs de rencontres plus soucieux de vous soutirer quelque argent que de savoir si vous êtes vraiment préparé à épouser une femme russe. Pour réussir une union sincère et durable il ne suffit pas d'acheter quelques adresses de femmes russes sur Internet et de vous faire "livrer à domicile" une charmante jeune fille. La réussite d'un couple franco-russe dépend de nombreux éléments. Le premier d'entre eux étant un profond respect pour votre future épouse, ce qui passe par une parfaite connaissance de ses attentes et l'anticipation de ses besoins.
Si vous pensez que les femmes russes sont réellement ce que décrivent les clubs de rencontres alors je ne donne pas cher de votre future union. Vous risquez d'être amèrement déçu.
Si par contre vous suivez les quelques conseils ci-dessus (ainsi que ceux donnés dans mes autres rubriques) alors vous aurez toutes les chances de réussir votre nouvelle vie de couple, en évitant les désillusions et les pièges.

Traducteurs Electroniques

Agence matrimoniale Inter-Mariage

Testez notre agence matrimoniale internationale gratuitement et sans engagement, période d’évaluation gratuit

 N'hésitez pas a nous contacter:    

Notre e-mail: contact@inter-mariage.com

Tel.: 09 54 61 07 27 (prix d’un appel local, lundi-vendredi: 9h00 - 16h00 17h00 – 18h30) (Réservé uniquement aux (futurs) clients de l’agence!)

Voulez-vous qu’on vous téléphone? Juste pour répondre à vos questions, pas de harcèlement téléphonique… Alors, envoyez-nous un e-mail avec votre nom et votre numéro de téléphone. Vous pouvez cliquer ici.

Adresse de correspondance: 178 Avenue Estienne d'Orves, 83500, La Seyne sur Mer, France

SIREN: 433086204

Inter-Mariage a été déclaré à la CNIL sous la référence N°1809075 et N°1816939

Suivez-nous: Inter-Mariage - rencontres femmes russes Twitter Google+ Pinterest LinkedIn YouTubeDailymotion Vimeo

Partagez:

© 2000-2016, Inter-Mariage - rencontre belles femmes russes ukrainiennes biélorusses - agence matrimoniale internationale - rencontres directes en Russie Ukraine Biélorussie - voyage rencontre romantique - conseils suivi mariages unions femmes slaves

Mentions légales

Plan du site

Tous droits de reproduction et ou representation reserves.
Les textes et le logo Inter-Mariage sont couverts par le droit de la propriete intellectuelle.

Inter-Marriage Inter-Matrimonios Inter-Matrimoni Russische Frauen


 

 

[close]

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur . Certains cookies ont déjà été fixés.

Certains de ces cookies sont utilisés pour l'analyse des visiteurs , d'autres peuvent être nécessaires pour que le site fonctionne correctement . Vous devez configurer votre navigateur pour accepter uniquement les cookies que vous souhaitez approuver . Vous pouvez supprimer et bloquer les cookies , mais certaines parties de notre site ne fonctionneront pas sans eux.

Liste des cookies utilisés sur notre site web:
Nom Domaine Objectif
Google+ google.com possibilité de suivre les visiteurs. Caractéristiques pour le partage via Google+. Ne pas définir un cookie par lui-même, mais si l'on est présent, il sera lu.
Pinterest pinterest.com effectue une des fonctions personnalisées pour ce site.
Twitter twitter.com occasion de suivre les visiteurs. Caractéristiques pour le partage via Twitter , et l'affichage de tweets par d'autres personnes.
Facebook facebook.com possibilité de suivre les visiteurs . Caractéristiques pour le partage via Facebook et la consultation de messages par d'autres personnes.
idrxvr xiti.com Compteur de visites . Effectue une des fonctions personnalisées pour ce site.
tmst xiti.com Compteur de visites . Effectue une des fonctions personnalisées pour ce site.
Flash Cookies local pourrait indiquer l'utilisation d'objets Flash locaux stockés - communément appelés cookies Flash.
PHPSESSID local cookies à usage général.
cette liste peut être incomplète


En continuant à naviguer sur ce site, vous donnez votre consentement pour que les cookies soient utilisés.

Que sont les cookies ?
Les cookies sont de petits fichiers texte placés sur votre ordinateur par nous ou nos partenaires. Elles nous permettent de cerner l'appareil que vous utilisez - mais pas vous personnellement. Cette information est envoyée à nos systèmes quand vous naviguez sur notre site Web. Ces fichiers ne sont pas des programmes informatiques et ne peuvent pas être utilisés pour causer des dommages à votre ordinateur. Ils sont souvent essentiels pour nous aider à vous fournir une bonne expérience en ligne. Certaines parties du site peuvent ne pas fonctionner correctement sans l'utilisation de cookies. Les cookies que nous utilisons sur notre site Web sont utilisés pour diverses raisons, y compris: Pour se souvenir de vos préférences; Vous permettre de partager des pages avec des réseaux sociaux comme Facebook, Twiter, etc
Nous n'allons pas utiliser de cookies pour stocker vos informations personnelles

[close]

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous donnez votre consentement pour que les cookies soient utilisés.